Ironman Lanzarote

Ironman LANZAROTE
20 mai 2017

Voici l’attendu CR d’Olivier sur son voyage sportif à LANZAROTE:

Aloha et CR IronMan Lanzarote 2017

Pour ceux qui me connaissent moins, petit rappel

• Reprise du sport et de la compétition lors de notre installation sur Grenoble dans les années 2000 au départ en skating (Transju, divers Marathon), puis en ski alpinisme (PDG, Pierra-Menta),

• Début du triathlon en 2009 attiré par les courses de Cross Triathlon au départ et en particulier le circuit Xterra ( Ah..les belles vidéos sur Youtube..), puis vers le Long sur route et un peu de duathlon.

• Premières distances Ironman en 2012 avec Embrunman et IM Nice la même année , puis IM Francfort en 2014, Norseman en 2016 et enfin IM Lanzarote en 2017.

• J’ai réussi dans le passé à participer à la finale IM 70.3 à Las Vegas suite à une bonne course à Aix en Provence et à la finale Xterra à Maui suite à une qualification en Suisse.

• J’ai un travail assez prenant qui implique des déplacements à l’étranger et une famille avec 4 enfants – entre 18 et 12 ans, donc pas toujours simple de caser des entraînements et du volume.

Cette année j’ai changé de catégorie d’âge et je suis passé en 50-54, du coup, je me suis motivé pour retenter un IM et pour changer et sur les conseils d’Antonio (notre expert au club sur tout ce qui touche au circuit IM), j’ai opté pour Lanzarote. Une natation en mer avec du courant et du vent, un parcours vélo avec un peu de dénivelé et surtout du vent, une course à pied pas toute plate…et surtout une belle destination. Un bon mix..

 

Je sais que je peux terminer ce type de course, mais là ce qui me trotte dans la tête ; c’est bien de faire une course soutenue pour approcher le top 5 de la catégorie et réussir si possible à accrocher un slot pour la finale à Hawaï.

 

Le Norseman en Août et et les rares courses de début de saison (Championnat de France de Duathlon, Cross au Touvet) me confirme que la vitesse est là, mais je sais que je manque de sorties longues en vélo. J’ai aussi décidé de prendre un vélo CLM pour cette course et je tarde à passer commande et à le recevoir, donc cela sera un peu l’inconnu sur ce côté là. Par contre, j’ai choisi de m’équiper pour suivre ma puissance lorsque je roule sur ce nouveau vélo et j’ai craqué pour un home trainer en Automne pour pouvoir faire du travail de qualité en automne/hiver. Je change aussi un peu tardivement de chaussures de CAP mais je reste sur la même marque pour ne pas perdre mes repères.

 

Pour me rassurer et me reposer, je décide de me joindre à Antonio lors d’un stage au Printemps dans le sud de la France afin de faire une semaine avec du volume ; je pense que cela a été déterminant et très bien placé dans le temps.

Pour vous donner une idée, de Janvier à l’IM de Lanzarote mi-mai, j’aurai fait à peu près le volume suivant :

• environ 170 activités

• 63 séances de CAP – 500km environ (la plupart des séances d’une durée inférieure à 1h30)

• 65 en vélo, VTT ou home trainer. (1600km) – deux sorties longues soutenues de plus de 5h – beaucoup de séances en dessous de 2h sinon.

• 28 en natation (principalement avec le GUC en club)

• le reste correspond à du skating, ski roue ou ski de randonnée.

Cela n’est pas énorme, je pense par contre, c’était plutôt du travail spécifique sur chaque séance.

 

Même, si je pense qu’à mon âge, je dois opter pour ce genre d’approche, à l’aube d’une grosse épreuve, on se demande toujours si cela va suffire pour faire un effort de 10h+.

 

Voilà pour la préparation, maintenant la course et les derniers jours avant :

• Les quelques jours avant la course se passent tranquillement à mixer tourisme et reco avec les deux plus jeunes filles, les sorties vélos me permettent de m’habituer un peu au vent, même si à ce moment là je ne suis pas fier car il souffle vraiment très fort et que j’ai du mal à me dire que je vais rouler avec un vent aussi fort sur 180km sans tomber ou craquer physiquement ou mentalement. Un couple de Toulousains – habitués à cet IM me donne de bons conseils sur place. La reco en Natation se passe bien, l’eau est magnifique. La reco en CAP est un peu sport avec ce vent si fort mais bon, il faudra faire avec. Sur place, la pression monte doucement avec des triathlètes qui nagent, courent et pédalent partout. Grâce à mes filles, je pense à autre chose et je profite. C’est pas deux jours avant la course que je vais améliorer ma préparation.
• Briefing, récupération du dossard, etc et dépose des vélos et des sacs, là on est presque dedans…les filles elles profitent de la belle piscine au club La Santa. Et participent aussi à la course CAP IronKid, même si à cause du vent la partie natation a été annulée et elles en étaient bien désolées.

• Jour J – un petit moment de panique car je tarde à attraper un taxi pour aller sur le lieu de départ, mais un allemand qui va voir le départ et encourager ses amis, me propose très gentille,ent de me prendre dans son taxi, ouf ! J’ai RDV avec mes filles sur le parcours CAP d’ici là, elles ont le droit de faire la grasse matinée et de profiter de la piscine/mer. Nous sommes 1600+ au départ, dont 170+ dans ma catégorie et environ 40 Pros.

• Natation – vers 7h, il fait beau et comme les prévisions l’avaient laissé entendre le vent se calme, je pense que tout le monde est rassuré…comme moi. Nous sommes canalisés par des barrières et il y a des indications au dessus de nous, 50min, 60min, 70min,… – j’essaye de me mettre sous 70min. Et c’est parti..cela cogne un peu…puis c’est calme, puis à nouveau c’est un peu « chaud »…mais bon, j’essaye de nager propre, m’éloigner de la foule sans faire trop de détours toutefois, le premier tour se passe pas mal et le deuxième tout pareil. 1H12 – au total, et pas de vraie surprise et mes données indiquent que j’ai été plutôt régulier tout au long de cette phase.

• T1 – je demande à bien me faire crémer le dos, les épaules, etc et je m’élance dans ma belle tenue du GUC.

• Vélo – je commence à reprendre rapidement du monde, j’ai viré mes données de vitesse instantanée et de moyenne, je me concentre sur ma cadence et ma puissance. Les kilomètres passent, j’essaye de rester concentrer sur ma course, ne pas me laisser prendre dans un faux rythme…la qualité du revêtement est très variable et il faut aussi gérer les angles d’attaque du vent et bien rester concentré, mais la force du vent est tout à fait « gérable » par rapport à ces derniers jours. Le ciel est aussi un peu voilé en ce début de course et pour moi, c’est mieux, car je crains trop de soleil. Nous passons la grosse bosse et du coup, on s’approche du bout de l’ile et on va bientôt entamer le retour, je commence à être un peu moins frais mais cela tient encore bien, j’ai juste un peu du mal à rester sur la selle…vélo neuf, pas assez de longues sorties..je le savais..quelques sueurs après un choc lorsque mon poste de pilotage descend un peu et un des prolongateurs à tendance à glisser sur l’avant mais bon cela va tenir jusqu’à la fin. J’approche de l’arrivée et je constate que pas mal de gars ne sont plus sur les prolongateurs, la fatigue commence à pointer le bout de son nez. Je reste dans ma course et j’en termine juste au dessus de 6H – c’était à peu près ce que je voulais faire – so far, so good. Maintenant, il ne reste « plus » que le marathon…et cette première boucle de 32km puis à nouveau une boucle de 10km..

Quelques données pour les amateurs :

2500m de déniv, Cadence moyenne à 69 TPM, Vitesse moyenne 29,7km/h, Max 73,1km/h, Average HR – 135 – Max 151 (Je suis à un max en FC de 173), Average Power sur la course 215 Watts – Max 415 Watts, Max Av Power sur 20min 265 Watts

• T2 – le ventre qui n’est pas au top, je décide de prendre mon temps à T2 et de me changer pour courir léger avec un short très léger (mon short « fétiche » – Marathon Nice-Cannes 2h55) et un Tshirt Décathlon blanc acheté sur place pour protéger mes épaules (4 Euros!).

• CAP – je pars et j’ai l’impression de me traîner – et je me fais passer par plusieurs coureurs..hum..pas ou peu de sensations et pas de vent pour faire oublier le soleil qui tape (il est environ 14h30-15h), et du coup une grosse chaleur ambiante. Heureusement, je vais voir mes filles 4 fois sur le parcours et elles vont me donner quelques infos sur mes classements reçus par SMS ou via le site en ligne IM et me booster. Difficile de résister et de ne pas s’arrêter aux ravitaillements ou au nombreux bars sur le parcours pour essayer de se rafraîchir, boire , boire et se mouiller la tête, le corps…il me faudra bien 15 km et le début du retour de la première boucle pour retrouver des sensations et me trouver un rythme, les derniers 15km seront plus faciles car du 15 au 10ième je vais avoir Jeanne Collonge juste derrière qui en termine – elle aussi souffre, et elle ne me passera pas…c’est pour dire qu’elle est bien fatiguée. Je passe dans ma tête des images positives et des échanges récents avec Antonio et en particulier le « Pas de regrets »..donner tout sur cette course jusqu’au bout pour ne rien regretter après…j’essaye de relancer tant bien que mal ; mes filles me disent de ne rien lâcher que les autres sont à la dérive..et c’est vrai que je double pas mal de gars qui ont leur bracelet – et qui ont donc aussi bouclés la première boucle et qui sont à la dérive totale…je me fais passer par quelques filles toujours aussi impressionnantes et l’arrivée enfin approche…j’en termine avec les pieds qui commencent à me faire souffrir et je constate avec surprise et bonheur que par rapport aux conditions mon temps en marathon est plutôt bon 03:38:08. (objectif était de 3:30 environ) (meilleur qu’ Nice et Francfort) et du coup j’arrive à un total de 11:05:41.

J’ai tourné en 5 :13 min/km avec la meilleure allure à 4:26min/km, FCM moyenne à 135 et Max à 147 et en moyenne elle a baissé au fur et à mesure de la course alors que mon allure a été assez stable finalement. Comme vous pouvez le voir, j’ai été obligé de faire de vrais arrêts aux ravitaillements, j’avais vraiment trop chaud et il fallait que je me jette plusieurs verres d’eau sur la tête et le corps pour tenir d’un ravitaillement jusqu’au suivant. Les intermédiaires : 24:36 pour 5km, 51:03 pour 10km, 1:17:05 pour 15km, 1:42:04 pour 20km, 1:47:01 pour 21km, 2:07:25 pour 25km, 2:34:31 pour 30km, 3:01:09 pour 35km, 3:28:44 pour 40km, 3:38:08 pour 42km.

• Au final, je termine 7ième de ma catégorie et 179 au scratch et en 144 en Age Group (35 Pros devant). Je récupère ma médaille et mon Thsirt finisher et je retrouve mes filles, très fiers de la performance de leur papa et très contentes des messages des uns et des autres via Whatsapp et SMS. J’arrive à me faire masser..ouach..trop bon – j’étais à deux doigts de m’endormir sur la table de massage. Je récupère mon vélo et mes sacs dès que possible et avec mes filles nous craquons pour un Magnum chacun !!

Petite soirée festive avec les filles puis dodo pour le lendemain…

 

Dimanche – journée des Hawaï slots et le soir podium, etc,..nous partons pour le Club de la Santa ou se déroule toutes les animations. Le matin, je jette un coup d’œil sur Internet sur l’IM du Pays de Galles car j’ai du mal à croire que ma 7ième place sera suffisante pour m’envoyer à Hawaï.

Arrivés sur place, nous nous plaçons dans le mini amphi ou la cérémonie va se dérouler.

Ils annoncent qu’il y a 40 slots, ce qui me donne un peu d’espoir, car j’étais resté sur 30. On commence par les dames…la plupart des slots sont pris par les premiers mais parfois il y a un peu de roll down, car les premiers se sont déjà qualifiées en Afrique du Sud ou y sont déjà allées ou ne sont pas là..suspens, suspens..on passe aux hommes et on commence par les « anciens »..on arrive au 50-54 et bonne surprise, nous étions assez nombreux (170+) et il y a 4 slots à prendre…et après des minutes qui ont été super stressantes, il reste encore un slot au niveau du 5ième..qui ne le prend pas, ni le 6ième..ouf…les filles explosent et moi aussi…I have my ticket to Kona !

Au total, nous serons au moins 3 français à nous être qualifiés à Lanzarote.

Fin de journée et de voyage sur un « petit nuage »…petite session de Surf pas très loin, piscine au club Santa et soirée des « champions » dans un état mental très diffèrent des courses précédentes.

Selfie pour les filles avec les vainqueurs H et F et Romain Guillaume – très très sympas et disponibles tous ces champions par rapport à d’autres disciplines sportives..et petit pari avec mes filles que dans quelques années nous reviendrons pour qu’elles fassent cette même course en catégorie F 18-24! Il y a des participants H en 70-74, j’ai donc un peu de « marge ».

 

Lundi, on repart sur Barcelone puis en voiture sur Grenoble de nuit pour que les filles soient au Collège le Mardi à la première heure et moi au boulot..c’était le « deal » pour que je les emmène là-bas. Courageuses les filles !!

 

Depuis, c’est « apéro » sur « apéro »..pour fêter cette qualification…et malgré cela mon poids ne bouge pas…j’ai sans doute bien puisé dans les réserves.

Petit tour aussi chez mon kiné préféré pour vérifier que tout allait bien et oui, la « mécanique » n’a pas bougé, top ! Et des kilos de crème hydratante pour apaiser les coups de soleil monstrueux sur une grosse partie du corps attrapés durant la course…

 

Voilà, le quotidien reprend ses droits…le bac pour mon second approche, les résultats de l’examen de PACES pour mon aînée vont bientôt arriver..etc,..les premiers voyages professionnelles arrivent à nouveau et puis, il va falloir que je me remette dans le rythme des entraînements.

 

Si certains veulent et peuvent tenter l’aventure, n’hésitez pas – c’est une belle destination ; il y a de nombreux sites à visiter, ce paysage « volcanique » est unique et il y a des plages difficiles d’accès avec une eau magnifique pour se baigner.

 

Mais bien sur, il y a aussi plein d’autres courses en dehors du circuit IM à faire.

 

Ma qualification prouve qu’avec un peu de chance et un entraînement régulier, c’est possible ; je ne suis pas un « extra-terrestre ». Mais, il faut y croire jusqu’au bout., ne rien lâcher et faire vraiment « sa course » sans trop se laisser perturber par le reste.

 

J’espère ne pas être le seul du GUC là-bas à Kona…je compte bien sur Antonio et peut être d’autre(s) pour m’accompagner ; cela serait bien sympa. Donc à vous de jouer !!

 

Bonne chance à tous et toutes pour le reste de la saison et merci pour vos encouragements.

Site et résultats complets : http://eu.ironman.com/triathlon/events/emea/ironman/lanzarote/results.aspx#axzz4jCt1TyvI

2 commentaires

  • Impressionnant et bien raconté – merci pour ce témoignage et félicitations Eric

  • Merci pour ce superbe témoignage, très complet et qui se lit comme un roman ! Je te souhaite une bonne préparation pour Hawaï. A l’occasion, j’aimerais bien que tu me décrives quelques séances type à vélo… merci et à bientôt

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *